Recherche
 
Fermer
 
Présentation
Base des documents
 ↑  
Archive des nouvelles

+ Année 2017
 -  Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2016
 Décembre 2016
 Novembre 2016
 Juillet 2016
 Juin 2016
 Mai 2016
 Avril 2016
 Mars 2016
 Février 2016
 Janvier 2016
+ Année 2015
 -  Année 2015
 Décembre 2015
 Novembre 2015
 Octobre 2015
 Septembre 2015
 Août 2015
 Juin 2015
 Mai 2015
 Avril 2015
 Février 2015
 Janvier 2015
+ Année 2014
 -  Année 2014
+ Année 2013
 -  Année 2013
 Décembre 2013
 Novembre 2013
 Octobre 2013
 Septembre 2013
 Août 2013
 Juillet 2013
 Juin 2013
 Mai 2013
 Avril 2013
 Mars 2013
 Février 2013
 Janvier 2013
+ Année 2012
 -  Année 2012
Contact
(Inscription suspendue)

Se connnecter (privé)

 ↑  
Archives des nouvelles
Les nouvelles archivées sont antérieures au 20/12/2015 - 00h00
Les nouvelles postérieures sont consultables dans les nouvelles actives

L'arrêt des centrales nucléaires allemandes est illégal / Posté par

14 Janvier 2014
La Cour administrative suprême allemande a statué. La fermeture forcée de la centrale nucléaire de Biblis (appartenant à RWE) après l'accident de Fukushima était illégale.
L'entreprise est maintenant susceptible de demander des dommages-intérêts considérables.
La décision pourrait créer un précédent pour l'arrêt des autres réacteurs. La réaction de l'Allemagne à l'accident de Fukushima en 2011 fut extrême. La chancelière Angela Merkel avait pris deux décisions : l'une fut d'ordonner l'arrêt de huit unités ayant commencé à fonctionner avant 1980 pour une période (moratoire) de trois mois. Ces unités ne furent ensuite pas autorisés à redémarrer. Sans consultation, les ordres ont été exécutés par les länders allemands qui abritent les réacteurs .
Aujourd'hui, le länders de Hesse a dit qu'il avait agi illégalement en faisant appliquer les décisions relatives à la centrale nucléaire de Biblis situé dans ce länder.
La décision de la Cour administrative suprême de Leipzig est juridiquement contraignante et ne peut pas être portée en appel. Il soutient une décision prise l'an dernier par le tribunal administratif de Hesse, qui a été portée en appel par le gouvernement fédéral.
Forcer les fermetures étaient " officiellement illégale car [ RWE ] n'avait pas été consulté etcela constituait une erreur de procédure ", a déclaré le tribunal.
RWE, propriétaire de la centrale, peut désormais demander réparation de son manque à gagner. L'usine dispose de deux réacteurs, Biblis A et B, qui sont des réacteurs à eau sous pression de 1167 MWe et 1240 MWe et qui avait été autorisée à fonctionner jusqu'en 2016 et 2018.
La société a subi des pertes de plus de 1 milliard € (1,3 milliard de dollars) dans la seule année 2011 en raison de l'arrêt de Biblis. Les mêmes ordres d'arrêt ont frappé d'autres  opérateurs nucléaires en Allemagne tels que Eon, Vattenfall et EnBW (bien que EnBW soit détenue à 45% par le länder gouverné par les Vert de Bade-Wurtemberg et qu'elle ne conteste pas l'arrêt qui a confirmé la taxe sur les carburants).
EON et RWE conteste à la fois l'arrêt des centrales nucléaire et la taxe sur les carburants, que les juridictions allemandes ont soumis à la Cour de justice européenne. La société suédoise Vattenfall conteste l'arrêt et demande un arbitrage international.Collectivement, les services publics ont perdu 8336 MWe de capacité de production nucléaire en fermant Biblis A et B , Neckarwestheim 1, Brunsbuttel, Isar 1, Unterweser et Phillipsburg 1.
(Despite only starting operation built in 1984, Krummel was not brought back from long-term shutdown : Malgré un début de construction en 1984, Krummel n'a pas été réactivé après son arrêt prolongé. Traduction incertaine).



GAENA (ex GASN) / ARCEA
 

Pour être averti des nouveautés du site : visitez notre blog, et inscrivez-vous à la "Newsletter"
Ou bien utilisez les liens RSS

 ↑