Nous présentons quelques liens se rapportant à nos sujets.
Cliquer sur la flèche pour ouvrir une courte présentation,
puis cliquer sur son icône "mappemonde" en bas à droite pour accéder au site.

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 20/12/2015 - 00h00
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles
logo_energ1a.gifNouvel article - le 11/10/2014 - 09h41

Un nouvel article vient d'être mis sur le site : L'histoire de l'énergie nucléaire en France de 1895 à nos jours
(Alain Mallevre, 2010, ARCEA-IdF)

Lire la suite


Le panorama des énergies renouvelables au 1er semestre 2014 : reprise du développement éolien et photovoltaïque

Lire la suite


http://www.fnme-cgt.fr/dossier_actu/debat_sur_la_transition_energetique/
Un dossier de la CGT FNME à propos du Débat sur la transition énergétique.

Lire la suite


Le PCF prend position sur le projet de loi de transition énergétique, en rappelant les objectifs : la diminution des gaz à effet de serre, et non de l’énergie ; des transports électrifiés, tant des transports en commun que ferroviaires ; la préservation de l’hydroélectricité comme bien national.


COMMUNIQUE DE PRESSE : « Transition énergétique : priorité au service public ! » http://www.pcf.fr/57484

La loi de transition énergétique présentée en Conseil des ministres ce 30 juillet devrait être discutée à l’Assemblée Nationale début octobre.

L’objectif de diminuer par deux nos consommations d’énergie à l’horizon 2050 y est réaffirmé. Cet objectif est contestable et il est pour le Parti Communiste un objectif insoutenable ! Cette perspective est complètement incohérente avec l’évolution démographique de notre pays dont les prévisions s’acheminent vers 70 millions d’habitants en 2050 et d’autre part par l’exigence du droit à l’énergie pour tous en corrélation avec la satisfaction des besoins sociaux. Les baisses de consommation observées ne sont que les conséquences de la crise sur l’activité économique et l’augmentation de la précarité énergétique.

Le PCF ne se résigne pas à la désindustrialisation de notre pays. Et cela suppose un accroissement de nos capacités de production et donc de consommation d’énergie.

Notre première priorité : la réduction massive des Gaz à Effet de Serre (GES). En ce sens, nous pensons qu’il est inopérant de vouloir réduire la part de l’électricité nucléaire dans le mix énergétique.

Le transport qui reste le premier secteur émetteur de GES n’est évoqué qu’à travers le développement de la voiture électrique et du déploiement de bornes de recharge : le transport collectif ou le fret ferroviaire sont totalement absents.

Quand à la lutte contre la précarité énergétique, seul est évoqué un chèque énergie dont on ne sait comment il sera financé et à quelle hauteur et quelles seront les conditions de son obtention. Si celui-ci peut paraître plus « juste » car couvrant plusieurs modes de production, nous refusons que sa mise en place s’accompagne de la disparition des actuels tarifs sociaux. Cela n’est pas admissible.

L’inscription dans le projet de loi de l’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques à l’occasion de leur renouvellement participe à une privatisation pure et simple de la production hydroélectrique. Or notre hydroélectricité participe à faire face également à l’intermittence des énergies renouvelables comme l’éolien ou le photovoltaïque. L'eau est un bien commun de la Nation et un droit universel !

A l'heure où les besoins de financements sont considérables pour répondre aux objectifs de développement de nos énergies renouvelables et de réduction significative de nos émissions de GES, il serait inadmissible de participer à la grande braderie de notre parc hydraulique.

Pour les communistes il est essentiel de réaffirmer la place du secteur public dans toutes les composantes de l’énergie.

Avec cette première réaction, le Parti Communiste Français exprime son ambition de prendre une part active avec ses élus dans le débat parlementaire pour exiger de réelles avancées sur l’ensemble des sujets évoqués dans le projet de loi.

Mercredi 30 juillet 2014. Le Parti communiste français

Lire la suite


http://www.industrie-techno.com/les-energies-renouvelables-ne-remplaceront-pas-le-nucleaire.30460
A l’occasion de la visite du centre CEA de Saclay, Bernard Bigot a répondu aux questions des journalistes sur l’avenir et l’état du nucléaire français. Selon l’administrateur général du CEA, il ne sera pas possible de remplacer le nucléaire par les énergies renouvelables d'ici 2050, à moins d'une révolution dans les technologies de stockage de l'énergie, c'est pourquoi il faut procéder au remplacement progressif des centrales.
« Il apparaissait anormal que la France n’ait pas son salon du nucléaire »

Lire la suite


logo_energ1a.gifNouvelle fiche argumentaire - le 25/06/2014 - 15h17

Une nouvelle fiche vient d'être mise sur le site : Stockage de l'énergie électrique
(fiche de présentationfiche argumentaire)

Lire la suite


logo_energ1a.gifNouvel article - le 18/04/2014 - 14h17

Un nouvel article vient d'être mis sur le site : Des « Smart Grids », pour quoi faire ?

Lire la suite


Le Président de SLC, Claude Jeandron, demande un rendez-vous à Mme Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie :
Profitant de la publication du résumé pour les dirigeants politiques du 5ème rapport du GIEC, le président de SLC demande un rendez-vous à Mme la Ministre, nouvellement nommée, pour lui présenter le scénario Négatep, visant à faire décroître les émissions de CO2, en diminuant progressivement mais rapidement l’usage des combustibles fossiles dans le résidentiel, le tertiaire et les transports, et sans que l’introduction des énergies intermittentes pour produire de l’électricité soit une raison d’augmenter la puissance installée des centrales fossiles.
Lire ci-joint la lettre envoyée à Mme la Ministre.

Lire la suite


Voir l'interview. Le CEA [a organisé le] jeudi 10 avril une journée dédiée à la valorisation de la recherche. A cette occasion, l’administrateur général de cet organisme, Bernard Bigot, nous a présenté sa vision sur la politique industrielle volontariste qui devrait à ses yeux prévaloir dans le secteur de l’énergie.

Lire la suite


Un nouvel article vient d'être mis sur le site : Le gouvernement va t-il brader l’hydroélectricité ?

Le statut de Société anonyme d’EDF (depuis 2004) fait entrer le renouvellement des concessions hydrauliques dans le droit commun des délégations de service public, strictement encadrées tant par le droit national, que par le droit de l’Union européenne. Et cet encadrement impose une application stricte du droit de la concurrence.
Néanmoins, la France, qui possède la plus grande puissance hydroélectrique installée en Europe, serait la seule à ouvrir ainsi à la concurrence l’exploitation d’un bien national hautement stratégique, notamment pour compléter l’intermittence des énergies renouvelables.
Les députés Marie-Noëlle BATISTEL (Députée PS de l’Isère) et Eric STRAUMANN (Député UMP du Haut-Rhin) ont rédigé un rapport d’information (N°1404) déposé par devant la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale et publié le 7 octobre 2013.
Patrick MICHAILLE a fait la synthèse de ce rapport, qui exprime les enjeux de l’hydroélectricité et explore d’autres voies possibles pour garder une maîtrise nationale de l’exploitation de nos centrales.

Lire la suite